Forum de discussion Yuriste & Yaoiste autour des mangas, films, animes & plus encore.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le switch of genre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yupa

avatar

Messages : 86
Points : 130
Date d'inscription : 24/03/2016

MessageSujet: Le switch of genre   Jeu 23 Juin - 20:52

Un des traits les plus spécifiques et les plus frappants du manga - et qui rendait folle de rage Ségolène Royal la pondeuse d'enfants bien conformes dans son livre "Le Ras-le-bol des bébés-zappeurs" - c'est le goût très poussé qu'il montre pour le "switch of genre" (josô).
C'est, dans des BD populaires destinées à la jeunesse, le travestissement en sexe opposé, mais pas seulement, car aussi le basculement des rôles ou le changement de sexe, horrible hypothèse pour les bien-pensants Evil or Very Mad .
Le Japon étant la seule société qui ose cela, où en est la cause ??
Sur le plan strictement commercial, hors de tout jugement moral, c'est parfait, car cela n'implique pas le changement de sexualité : du coup c'est une mine de quiproquos comiques ou émouvants !
Sur le plan historique, cela vient du théâtre japonais populaire (kabuki), inventé en 1603 par une danseuse et sa troupe féminine qui jouaient aussi tous les rôles masculins (!). Interdit quelques années plus tard par un shôgun homosexuel comme un sac à dos, qui imposa des hommes (onnagata) pour jouer tous les rôles féminins, comment voulez-vous que les Japonais n'aient pas été influencés ? Plus tard le théâtre exclusivement féminin renaquit en 1930 avec le Takarazuka, rempli de beaux princes moustachus femmes, encore très actif et célèbre tout comme le kabuki.
Enfin, le cinéma des années 1920 arrivant d'Hollywood avec sa réputation (à peine excessive, faut voir la vie privée de Charlie Chaplin !!) de repaire d'orgies et de débauches, aucune fille japonaise à peu près convenable et soucieuse de son avenir ne voulant être actrice, on prit des jeunes hommes (oyama), du moins jusqu'au parlant et à la "normalisation" du milieu.
Tout ça pour dire qu'au Japon il y a une forte tradition culturelle à l'appui de ce basculement entre les genres.
Et c'est pour cela qu'on a Host Club, No Bra, Prunus Girl, Family Compo, Yuma, pour les titres que je connais, bien d'autres sûrement, et un nombre considérable de persos secondaires dans d'autres séries ! A vous d'en relever !
C'est que je viens de commencer la lecture de Boku wa no Mari no naka, "Je suis à l'intérieur de Mari", traduit en français par "Dans l'intimité de Mari", et que ça me paraît un assez bon manga (déjà 5 volumes en français).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yupa

avatar

Messages : 86
Points : 130
Date d'inscription : 24/03/2016

MessageSujet: Re: Le switch of genre   Dim 3 Juil - 22:51

Family Compo, appelé aussi F.Compo, de Tsukasa Hôjo, est à présent une série-culte, hélas moins disponible en France depuis son bouclage.
En fait je n'en ai lu que 12 volumes, mais il me manque la fin, quoique cela peut aussi suffire comme cela.

Masahiko est un garçon bien gentil qui a perdu sa mère tout petit et vient de perdre dans un accident de la route son père, représentant de commerce très souvent absent. Il trouve qu'il n'a "jamais connu une vraie famille" et en éprouve une dure nostalgie car il en voit partout ailleurs. Il vient d'entrer à l'Université mais pense tristement devoir y renoncer puisqu'il doit maintenant se faire embaucher pour subsister. Soudain on sonne à la porte de son minable studio de location. C'est une superbe femme, qui s'annonce comme sa tante, Yukari, du moins l'épouse du petit frère de sa mère, laquelle avait jadis coupé les ponts avec lui. Et elle lui propose de venir s'installer dans cette famille de trois, puisqu'ils ont déjà une fille.
Bien sûr il craque, malgré le côté intrigant dans cette rupture ancienne, et il va s'installer chez les Wakanaé, dans leur jolie maison moderne de taille moyenne (appelée une "compo" au Japon).
Le père, Sora, un bel homme athlétique à catogan, est un mangaka ; la mère Yukari est douce, très séduisante, très attentive aux enfants, un vrai sosie (et pour cause !) de la photo que Masahiko a gardée de sa propre mère ; leur fille, Shion, est une fort jolie et brillante lycéenne en Terminale. Le garçon est chaleureusement accueilli. Paradis ?
Or la vie quotidienne va vite le révéler à Masahiko, Sora est en fait une femme et Yukari un homme (donc en réalité le vrai oncle, frère de sa mère qui avait rejeté ce travesti de sa vie !).
Quant à Shion, elle (?) refuse de lui révéler son sexe et affirme avoir été longtemps garçon (ce qui bloque les ardeurs de notre étudiant assez fasciné par sa beauté).
Mais ce n'est là qu'un amuse-gueule ! Car on va rencontrer non seulement des tas de quiproquos, mais aussi pas mal de barjos et travelos en tous genre ! à commencer par Masahiko lui-même qui, involontairement filmé en costume de fille par son club cinéma, devient la star de la fac "Masami" et fait tourner toutes les têtes par son attrait irrésistible !
Série très habile et superbement convaincante par les dessins ! Pourtant arrivé au tome 12, mon intérêt a beaucoup faibli : on n'arrive plus à croire à tant de mollesse chez Masahiko, ni à tant d'hésitation envers Shion alors que tout prouve qu'ils s'aiment sans le dire ouvertement.
A part ça, récits géniaux et souvent très drôles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le switch of genre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Ordinateurs sont-ils du genre masculin ou féminin ?
» Quel genre de poudre pour ce genre de make up?
» Votre genre cinématographique préféré.
» Judith Butler, philosophe en tout genre - Arte (vidéo)
» Mauvais genre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri x Yaoi :: Flood-
Sauter vers: